Michel Hubert Luc SEJOR

Lukuber SEJOR

(  )

 

Ce saintanais a été bercé par les mots de ceux qui l’ont entouré …

Il s’est imprégné des phrasés de Fatiris SEMPAIRE qui était commandeur de quadrille et y a ajouté toute la tradition orale de la Guadeloupe. Cette tradition est concentrée dans le boulagyel qu’il maitrise avec éclats et passion.

 

 Cette passion est née dans l’écriture de texte de pièces de théâtre lorsqu’il était dans l’hexagone au sein de l’Association Générale des Etudiants Guadeloupéens.

 

De retour au pays, il entame une introspection et s’initie au yoga tout en s’attachant aux choses de l’esprit plutôt qu’au matériel. Cette démarche spirituelle le rapproche du Gwoka  et l’enracine dans sa culture. Il développe une réflexion sur l’identité guadeloupéenne mais aussi sur l’affaiblissement de la conscience face à la société de consommation.

 

 

L’absence n'exclut pas la présence